Commit 3ce89329 authored by Alexandre Morlet's avatar Alexandre Morlet

Différentes classes + divers

parent f7d9981e
......@@ -29,6 +29,7 @@
%\usepackage{amsfonts} %amsfonts est chargé par amssymb
%\usepackage{braket}
\usepackage{siunitx}
\DeclareSIUnit\octet{o}
%inclure du code source
\usepackage{listings}
......@@ -264,10 +265,6 @@ La subtilité est que les spécialistes s'accordent à dire que la lettre \textg
\emph{Terminons cette introduction en signalant une dernière particularité à connaître quant aux noms} \TeX{} \emph{et} \LaTeX{} \emph{: lorsque l'on ne dispose pas des commandes} \verb|\TeX| \emph{et} \verb|\LaTeX| \emph{pour taper automatiquement les noms de ces systèmes, on écrit} \texttt{TeX} \emph{et} \texttt{LaTeX}\emph{, en prenant bien soin de mettre les lettres `a' et `e' en minuscule et le reste en majuscule. Ce petit détail typographique permet de distinguer ces systèmes d'autres logiciels avec des noms similaires, et aussi d'éviter de confondre ces noms avec le pseudonyme d'un humoriste, une matière séveuse naturelle ou un polymère servant à la fabrication de pneus et de combinaisons moulantes.}
\startenteo Je mettrais bien le paragraphe qui suit dans la section compilation.\closeenteo
\startaurel J'ai un peu remanié tout ça, je me suis dit qu'une section spécifique à l'installation de la bête serait pas mal \closeaurel
\section{Installer ce qu'il faut}
......@@ -279,11 +276,11 @@ Parce que \LaTeX{} fait appel à des commandes, il faut compiler le fichier sour
Si vous n'êtes pas familier avec les environnements UNIX et/ou que les aspects techniques ne vous intéressent pas, nous vous conseillons d'utiliser un \emph{IDE}.
Il existe également des interfaces en ligne, qui compilent automatiquement : \texttt{Overleaf} et \texttt{ShareLaTeX}. Bien qu'elles permettent de collaborer rapidement en ligne et sans installation, elles montrent rapidement leurs limites. Utiliser \texttt{Git} (logiciel de versionnement \starttouille néologisme ? \closetouille \startaurel je pense que le terme correct est \textit{logiciel de gestion de versions} \closeaurel), en parallèle de son installation locale, résout ce problème.
Il existe également des interfaces en ligne, qui compilent automatiquement : \texttt{Overleaf} et \texttt{ShareLaTeX}. Bien qu'elles permettent de collaborer rapidement en ligne et sans installation, elles montrent rapidement leurs limites. Utiliser \texttt{Git} (logiciel de gestion de versions), en parallèle de son installation locale, résout ce problème.
Peu importe la solution que vous choisissez, il faut installer séparément le compilateur. \verb|TeXlive| est la distribution la plus répandue, disponible pour tous les systèmes d'exploitation ; sous Windows, il existe également \verb=MikTex=.
Installer la totalité de la distribution est assez coûteux en mémoire (supérieur à 1Go), mais c'est le meilleur moyen d'être sur de ne manquer de rien. Vous pouvez aussi télécharger juste la distribution de base et ajouter les extensions au fur et à mesure de vos besoins. \verb|MikTeX| propose également un système d'installation des extensions à la volée\footnote{C'est-à-dire au moment de la compilation, si vous en avez besoin.}, mais ce système nécessite une connexion internet.
Installer la totalité de la distribution est assez coûteux en mémoire (supérieur à \SI{1}{\giga\octet}), mais c'est le meilleur moyen d'être sûr de ne manquer de rien. Vous pouvez aussi ne télécharger que la distribution de base et ajouter les extensions au fur et à mesure de vos besoins. \verb|MikTeX| propose également un système d'installation des extensions à la volée\footnote{C'est-à-dire au moment de la compilation, si vous en avez besoin.}, mais ce système nécessite une connexion internet.
\section{La compilation}
......@@ -372,6 +369,9 @@ Pour finir, notez que le compilateur va créer des fichiers secondaires (le \tex
\startaurel Je suis tiraillé : c'est mieux de faire une section sur la compilation de bibliographie ici et y faire référence dans la partie bibtex ou exmpliquer le truc dans la partie bibtex et mettre une référence à cette section pour en savoir plus sur la compilatation en général ?\\
D'ailleurs autre chose : vu que j'ai toujours compilé bibtex soit à la main soit via latexmk je sais pas du tout comment c'est géré par texmaker \& cie ? Il le font tout seul où il faut les prendre par la main ? \closeaurel
\starttouille On peut mettre un renvoi à cette partie à la fin de la section sur la biblio, comme ça on a tout ce qui concerne la compilation au même endroit.\\
Pour TeXmaker \& co, t'as toujours un bouton ou quoi pour appeler BibTeX. Dans le cas particulier de TeXmaker, tu as un menu déroulant en haut de fenêtre qui contient notamment PDFLaTeX, BibTeX, mais aussi ... LaTeXmk ! Tu peux aussi utiliser les raccourcis clavier ou encore configurer la "compilation rapide" comme une macro (i.e. pdflatex, bibtex, pdflatex deux fois, afficher pdf).\closetouille
\subsection{L'outil latexmk}
\label{subsec:latexmk}
......@@ -416,11 +416,8 @@ Ainsi, il y a deux éléments indispensables à un document \LaTeX{} :
\item le second est l'environnement \texttt{document}, qui constitue le corps du document et contient tout ce qui sera écrit dans le document final\footnote{À l'exception de quelques métadonnées, comme l'auteur et le titre, qui seront contenues dans le préambule, mais nous y reviendrons.}.
\end{itemize}
\starttouille NB : j'ai retenu \emph{préambule} (déjà utilisé ailleurs par Aurélien) pour \emph{header} \closetouille \\
L'autre chose que l'on observe sur cet exemple est la structure globale d'un document \LaTeX{} : avant l'environnement \texttt{document}, vous avez une partie non affichée (le préambule) dans laquelle vous allez placer les informations générales sur le document, telles que les extensions utilisées, les configurations ou les métadonnées (cf. section~\ref{sec:preambule}). Le corps du document est, quand à lui, entièrement contenu dans l'environnement \texttt{document} (cf section~\ref{sec:document}).
\\ \starttouille macrocommandes = macros/commandes ou commandes à l'échelle du document ? (dans le second cas, je coinche, y en n'a pas que là) \closetouille
L'autre chose que l'on observe sur cet exemple est la structure globale d'un document \LaTeX{} : avant l'environnement \texttt{document}, vous avez une partie non affichée (le préambule) dans laquelle vous allez placer les informations générales sur le document, telles que les extensions utilisées, les configurations globales ou les métadonnées (cf. section~\ref{sec:preambule}). Le corps du document est, quand à lui, entièrement contenu dans l'environnement \texttt{document} (cf section~\ref{sec:document}).
\startaurel Si j'ai bien compris la logique du langage, en \LaTeX{} tout est macro, donc la distinction n'a pas lieu d'être. Du coup ta coinche est légitime, il faudrait reformuler :) Et en réalité les commandes qui sont vraiment à mettre dans le préambule sont assez rares (il y a juste les chargements d'extensions et celles qui modifient vraiment l'environnement document), il y en plein qu'on met là juste par soucis de clarté et d'organisation. Dans l'absolu on pourrait définir chaque commande juste avant sa première occurence dans le document \closeaurel
\\ \starttouille Du coup j'ai mis le problème sous le tapis \closetouille
\section{Quelques notions sur la syntaxe \LaTeX{}}
......@@ -584,18 +581,16 @@ L'instruction \verb=\documentclass[<options>]{<classe>}= doit toujours être la
\subsubsection{Les classes}
Les principales valeurs possibles pour l'argument de \verb=\documentclass= sont :
\begin{itemize}
\item \texttt{article}, la classe la plus utile pour un document simple (c'est celle utilisée pour celui que vous êtes en train de lire).
\item \texttt{book}, qui, en plus d'\texttt{article}, utilise une page séparée pour le titre, des marges moins étroites et inclus l'utilisation de chapitres.
\item \texttt{report}, qui est semblable à \texttt{book}, mais les chapitres ne commencent pas en belle page et certaines commandes de \texttt{book} ne sont pas disponibles. \starttouille Aurélien, tu peux reformuler stp ? \verb|^^| \closetouille \startaurel Heu... jocker ! En fait j'en sais rien je suis a peu près sur d'avoir copié-collé ce truc. Je vais regarder si je trouve une vraie explication sur la différence book-report :) \closeaurel
\item \texttt{lettre}, permettant d'écrire un courrier au format français dans les règles de l'art.
\item \texttt{beamer}, utilisée pour faire des présentation (à l'aide de diapositives plutôt que de pages). Elle sera présentée en partie \ref{sec:beamer}
\item \texttt{article}, la classe la plus utile pour un document simple (c'est celle utilisée pour celui que vous êtes en train de lire). Cette classe n'a pas d'environnement \texttt{chapter}.
\item \texttt{report}, destiné à des rapports, thèses, \ldots qui permet d'insérer des chapitres ; de plus, la page de garde (\texttt{titlepage}) et le résumé (\texttt{abstract}) occupent une page pleine chacun.
\item \texttt{book}, pensé pour écrire des livres (romans, manuels), qui a les mêmes propriétés que \texttt{report}, en ajoutant une en-tête sur chaque page contenant le numéro de page et le nom de la section. De plus, l'option \texttt{twoside} est active par défaut. L'environnement \texttt{abstract} n'est pas disponible.
\item \texttt{lettre}, permettant d'écrire un courrier au format français dans les règles de l'art (\texttt{letter} pour le format américain). Cette classe fait appel à des environnements et commandes spéciaux.
\item \texttt{beamer}, utilisée pour faire des présentation (à l'aide de diapositives plutôt que de pages). Elle sera présentée en partie \ref{sec:beamer}.
\end{itemize}
L'environnement \texttt{abstract} est disponible dans les classes \texttt{article} et \texttt{report}.
\subsubsection{Les options}
Voici les options les plus utiles de la commande \verb|\documentclass| avec les valeurs possibles.\\
Il est possible de modifier une partie des comportements par défaut des différentes classes sans appel d'extensions. Ci-dessous se trouvent les options les plus utiles pour la commande \verb|\documentclass| avec les différentes valeurs possibles.\\
Remarquez qu'ici vous n'avez pas à écrire \verb|[option=valeur]| mais que la valeur seule suffit.
\begin{center}
\renewcommand{\arraystretch}{1.15}
......@@ -614,8 +609,8 @@ Remarquez qu'ici vous n'avez pas à écrire \verb|[option=valeur]| mais que la v
Colonnes multiples & \textbf{onecolumn} (défaut) et \textbf{twocolumn} \\
& (le format classique d'un article scientifique) \\
\hline
Différence (ou pas) entre les marges & \textbf{oneside} (défaut pour \texttt{article}) \\
intérieures et extérieures& et \textbf{twoside} (défaut pour \texttt{book} et \texttt{report})\\
Différence (ou pas) entre les marges & \textbf{oneside} (défaut pour \texttt{article} et \texttt{report}) \\
intérieures et extérieures& et \textbf{twoside} (défaut pour \texttt{book})\\
\hline
Page réservée pour le titre & \textbf{notitlepage} (défaut pour \texttt{article}) \\
& et \textbf{titlepage} (défaut pour \texttt{book} et \texttt{report})\\
......@@ -623,14 +618,13 @@ Remarquez qu'ici vous n'avez pas à écrire \verb|[option=valeur]| mais que la v
\end{tabular}
\renewcommand{\arraystretch}{1.0}
\end{center}
\starttouille Ce sera magnifique si la parenthèse après `draft' pouvait être sur la ligne en dessous, des idées ?\closetouille \startaurel Etant donné que c'est un simple tableau rempli salement et pas un truc avec des cases fusionnées c'était assez facile \verb|^^| \closeaurel\\
\starttouille En effet, j'avais pas fait gaffe, merci :P \closetouille \\
Ces valeurs sont les seules supportées nativement par~\LaTeX, si vous voulez une personnalisation plus importante (une autre taille de police par exemple) cela se fera par l'utilisation d'une extension.
Pour une personnalisation plus importante (choisir une autre taille de police ou modifier les marges par exemple), cela nécessitera l'utilisation d'une extension.
\subsection{Le chargement d'extensions}
En \LaTeX{}, on désigne par \og extension \fg{} (de l'anglais \emph{package}) les fichiers qui ajoutent des fonctionnalités non disponibles nativement.\\
Toute la force de \LaTeX{} réside dans sa communauté très active et les innombrables extensions qui en découlent. De nombreuses commandes que nous présentons dans ce document ne sont pas disponibles nativement et requièrent le chargement de l'extension appropriée, signalée à chaque fois que nécessaire.
Toute la force de \LaTeX{} réside dans sa communauté très active et les innombrables extensions qui en découlent. De nombreuses commandes que nous présentons dans ce document requièrent le chargement de l'extension appropriée, signalée à chaque fois que nécessaire.
Une extension se charge avec la commande \verb=\usepackage[<options>]{<extension>}=. Il faut les charger dans le préambule -- il est d'usage de le faire juste après le \verb|\documentclass|, pour rédiger le reste du préambule avec la bonne version des différentes commandes. Là où certaines extensions créent de nouvelles commandes, d'autres en redéfinissent des existantes, ce qui peut mener à des conflits ; ainsi, l'ordre d'appel est important (le compilateur va vous demander de charger \texttt{natbib} avant \texttt{babel} par exemple, ou on chargera \texttt{href} en dernier car il impacte beaucoup de commandes déjà existantes).
......@@ -654,9 +648,9 @@ Cet encodage correspond à celui qui va être utilisé pour écrire le document
\subsubsection{La typographie française}
Il existe une extension linguistique appelée \texttt{babel} qui formate le texte de sorte à respecter les règles typographiques de la langue dans laquelle vous écrivez (par exemple, l'ajout d'espaces fines insécables avant certains éléments de ponctuation en français). Pour l'utiliser, il faut charger la charger avec l'option \texttt{frenchb} : \\\verb=\usepackage[frenchb]{babel}=\footnote{L'option \texttt{francais} est obsolète depuis la version 3.6 de \texttt{babel}.}.
Il existe une extension linguistique appelée \texttt{babel} qui formate le texte de sorte à respecter les règles typographiques de la langue dans laquelle vous écrivez (par exemple, l'ajout d'espaces fines insécables avant certains éléments de ponctuation en français). Pour l'utiliser, il faut la charger avec l'option \texttt{french} : \\\verb=\usepackage[french]{babel}=\footnote{L'option \texttt{francais} est obsolète depuis la version 3.6 de \texttt{babel}, \texttt{frenchb} depuis la version 3.9.}.
\startenteo En fait, c'est inexact. Depuis la version 3.9 de babel et la version 3.2c de babel-french, l'option \texttt{frenchb} est elle aussi obsolète, on devrait utiliser \texttt{french} à la place. Source : \url{http://daniel.flipo.free.fr/frenchb/frenchb-doc.pdf}.\closeenteo
%\startenteo En fait, c'est inexact. Depuis la version 3.9 de babel et la version 3.2c de babel-french, l'option \texttt{frenchb} est elle aussi obsolète, on devrait utiliser \texttt{french} à la place. Source : \url{http://daniel.flipo.free.fr/frenchb/frenchb-doc.pdf}.\closeenteo
\subsection{Les métadonnées}
......
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment