Commit 4832ae64 authored by Alexandre Morlet's avatar Alexandre Morlet

Relecture SIunitx !

parent b69410ba
......@@ -2066,8 +2066,7 @@ Voici un exemple pour chacun d'eux :
\section{\texttt{siunitx} : le paquet du physicien}
\begin{quote}
Physical quantities have both numbers and units, and each physical quantity should be expressed as the product of a number and a unit.\\
%\null\hfill --- Joseph Wright
Physical quantities have both numbers and units, and each physical quantity should be expressed as the product of a number and a unit.%\\ \null\hfill --- Joseph Wright
\end{quote}
C'est avec cette phrase que commence la documentation de \texttt{siunitx}, extension de Joseph Wright. \'Ecrire des nombres avec leurs unités peut devenir laborieux, notamment en environnement mathématique : espacement mauvais, caractères en italique \dots Cette extension permet d'écrire de façon correcte et constante nombres et unités, seuls ou ensemble, dans n'importe quel environnement. Par défaut, elle respecte les conventions usuelles, mais permet la personnalisation jusqu'aux moindres détails. Le principal avantage est de pouvoir
......@@ -2075,23 +2074,29 @@ modifier le rendu de tous les nombres et unités d'un seul coup, en modifiant le
\subsection{Chargement de l'extension et régionalisation}
L'extension se charge comme toutes les autres, en l'invoquant dans le préambule du document avec la syntaxe habituelle : \verb=\usepackage[<options>]{siunitx}=. Les options peuvent aussi être placées en argument de la commande \verb=\sisetup= (que l'on peut utiliser à travers tout le document, pratique donc pour modifier temporairement le comportement de l'extension). On peut aussi modifier les options de façon locale, avec la syntaxe \verb+\commande[<options modifiées>]{<argument>}+.
L'extension se charge comme toutes les autres, en l'invoquant dans le préambule du document avec la syntaxe habituelle : \verb=\usepackage[<options>]{siunitx}=. Les options peuvent aussi être placées en argument de la commande \verb=\sisetup{}= pour une modification globale (jusqu'à la fin du document ou au prochain \verb|\sisetup{}|) ou en option des commandes de l'extension avec la syntaxe \verb+\commande[<options>]{<argument>}+ pour une modification locale.
Par défaut, \texttt{siunitx} est adapté pour les conventions anglo-saxonnes, ce qui implique que le point est affiché comme séparateur des décimales. La première chose à faire, si jamais vous rédigez en français, est donc d'indiquer à l'extension qu'il faut utiliser d'autres conventions : \verb+locale=FR+.
Par défaut, \texttt{siunitx} est adaptée pour les conventions anglo-saxonnes, ce qui implique que le point est affiché comme séparateur des décimales. La première chose à faire, si jamais vous rédigez en français, est donc d'indiquer à l'extension qu'il faut utiliser d'autres conventions : \verb+locale=FR+.
À partir de là, vous avez trois solutions. Soit vous vous contentez des paramètres par défaut, qui sont globalement bons et devraient satisfaire les utilisations les plus simples ; soit vous activez l'option \texttt{strict} (utilisable dans le préambule seulement), qui fait se comporter l'extension selon les règles officielles du Bureau International des Poids et Mesures ; soit vous explorez l'immensité des options qu'offrent les 101 pages de documentation de \texttt{siunitx}, dont une partie a
À partir de là, vous avez trois solutions. Soit vous vous contentez des paramètres par défaut, qui sont globalement bons et devraient satisfaire les utilisations les plus courantes ; soit vous activez l'option \texttt{strict} (utilisable dans le préambule seulement), qui fait se comporter l'extension selon les règles officielles du Bureau International des Poids et Mesures ; soit vous explorez l'immensité des options qu'offrent les 101 pages de documentation de \texttt{siunitx}, dont une partie a
été sélectionnée et est présentée par la suite. Cette dernière est très riche et complète : elle sera régulièrement mentionnée.
\subsection{Des chiffres et des lettres}
\label{subsec:SI-input}
Avant de présenter les commandes ajoutées par l'extension, prenons un instant pour regarder comment parler à \texttt{siunitx}, c'est-à-dire comment s'exprimer correctement (indépendamment de ce qui sera affiché après compilation), que ce soit pour les nombres ou les unités.
Avant de présenter les commandes ajoutées par l'extension, prenons un instant pour regarder comment parler à \texttt{siunitx}, c'est-à-dire comment s'exprimer correctement (indépendamment de ce qui sera affiché après compilation), que ce soit pour les nombres ou les unités, afin de produire des résultats tels que \SI{3e8}{\metre\per\second} ou \ang{45}.
\startaurel Un peu brutal comme entrée en matière, je mettrais bien un petit exemple de \verb|\SI{<nombre>}{<unité>}| pour montrer de quoi on va parler \closeaurel
\subsubsection{Les nombres}
Pour les nombres, outre les chiffres de 0 à 9, on peut utiliser \texttt{i} et \texttt{j} pour indiquer un nombre complexe ; les caractères \texttt{dDeE} pour marquer les puissances de 10 ; un point ou une virgule pour séparer parties entière et décimale ; des parenthèses, les caractères \texttt{+} et \texttt{-} ou les commandes \verb=\pm= et \verb=\mp= pour ajouter vos incertitudes ; \texttt{x} et \texttt{/} pour multiplier et diviser respectivement, et enfin tout ce que \LaTeX{} supporte de base comme comparateur si vous en avez besoin (les chevrons ouvrant et
fermant, le symbole \texttt{=}, \verb=\approx=, \verb=\sim=, l'ensemble \verb=\ge \geq \gg= et identiquement \verb=\le \leq \ll=).
Pour les unités, il existe deux méthodes. La première consiste à écrire les unités comme on le ferait en mode mathématiques dans \LaTeX{}, par exemple : \verb=J.mol^{-1}.K^{-1}= donne \si{J.mol^{-1}.K^{-1}}, \verb=kg~m/s= donne \si{kg~m/s}. Dans ce mode, le point et le tilde servent à multiplier des unités et la mise en indice et en exposant fonctionnent normalement.\\
\begin{LTXexample}
\num{0.5x3e8}, \num{34,5(2)}, \num{34,5 \pm 0,2}
\end{LTXexample}
\subsubsection{Les unités}
Pour les unités, il existe deux méthodes. La première consiste à écrire les unités comme on le ferait en mode mathématiques dans \LaTeX{} ; par exemple : \verb=J.mol^{-1}.K^{-1}= donne \si{J.mol^{-1}.K^{-1}}, \verb=kg~m/s= donne \si{kg~m/s}. Dans ce mode, le point et le tilde servent à multiplier des unités et la mise en indice et en exposant fonctionnent normalement.\\
La seconde, bien que moins pratique \emph{a priori}, permet d'écrire les unités comme on pourrait les lire en anglais. Voici quelques exemples :
\begin{LTXexample}[width=0.33\textwidth]
\si{\joule\per\mole\per\kelvin}\\
......@@ -2115,45 +2120,57 @@ Commandes & Effets & Remarques \\
\hline
\end{tabular}
\end{center}
Tous les préfixes classiques (de yocto à yotta) sont supportés, de même que les unités du Système International et de nombreuses variations trouvées en physique classique et en chimie (le degré Celcius, le symbole `pourcent', les unités de la mécanique newtonienne et de l'électromagnétisme, l'ångström, le millimètre de mercure, \ldots). Enfin, plusieurs constantes sont définies : de l'unité astronomique et l'unité de masse atomique au rayon
de Bohr, en passant par la vitesse de la lumière \si{\clight}. Les tableaux 1 à 6 de la documentation (pages 8 à 10) résument tout ceci de façon très claire.\\
\starttouille J'ai supprimé les noms des macros pour gagner en lisibilité, mais je me demande si j'ai pas perdu de l'intérêt au passage. Le problème est que si je liste, mettons, degré Celcius, degré, c, eV, ångström et mmHg, c'est pas complet pour ceux qui veulent hbar et la charge de l'électron, et pas intéressant pour ceux qui veulent u ou ua ...\closetouille \\
\startaurel Oui c'est le problème d'avoir des dizaines et des dizaines d'unités en physique, mais je mettrais quand même un tableau d'exemples non exhaustif, genre les exemples communs à tous la plupart des domaines de la physique et pas les trucs spécialisés comme mmHg et l'ångström, ça fait comprendre la puissance de l'extension et ça donne envie de lire la doc \closeaurel
\\ \starttouille Bah ... \url{http://texdoc.net/texmf-dist/doc/latex/siunitx/siunitx.pdf}\\
Reprendre tout le tableau 1 ou presque, \si{\degreeCelsius}, J, rad, \si{\degree}, \si{\clight} ?\closetouille
Dernières remarques, un nombre certain d'abréviations (tableau 21, à partir de la page 35 de la documentation) sont chargées avec l'extension et rendent l'écriture plus rapide\footnote{Attention avec le \si{\kWh} : les heures ont tendance à se détacher du reste en cas d'opération (\si{\per\kWh}). Une solution est de redéfinir la commande, bien que le BIPM ne l'approuverait pas.} (\verb=\km\per\ms= : \si{\km\per\ms}), les unités binaires (bit et \emph{byte}, avec les préfixes kibi, mebi, \ldots) requièrent l'activation de l'option \texttt{binary-units} et de nombreuses unités de ``spécialiste'' (l'année lumière, le barn, le gauss, \ldots) ne sont plus définies par défaut depuis la version 2 : la page 39 de la documentation précise lesquelles et donne les commandes pour les définir.
\subsubsection{Préfixes et unités prédéfinis}
Tous les préfixes classiques (de yocto à yotta) sont supportés, de même que les unités du Système International et de nombreuses variations trouvées en physique et en chimie. Plusieurs constantes sont également définies. Les tableaux 1 à 6 de la documentation (pages 8 à 10) résument tout ceci de façon très claire.
Voici quelques exemples :
\begin{LTXexample}
\si{\metre} \si{\milli\second} \si{\clight}\\
\si{\degreeCelsius} \si{\mega\ohm} \si{\planckbar}
\end{LTXexample}
%\starttouille J'ai supprimé les noms des macros pour gagner en lisibilité, mais je me demande si j'ai pas perdu de l'intérêt au passage. Le problème est que si je liste, mettons, degré Celcius, degré, c, eV, ångström et mmHg, c'est pas complet pour ceux qui veulent hbar et la charge de l'électron, et pas intéressant pour ceux qui veulent u ou ua ...\closetouille \\
%\startaurel Oui c'est le problème d'avoir des dizaines et des dizaines d'unités en physique, mais je mettrais quand même un tableau d'exemples non exhaustif, genre les exemples communs à tous la plupart des domaines de la physique et pas les trucs spécialisés comme mmHg et l'ångström, ça fait comprendre la puissance de l'extension et ça donne envie de lire la doc \closeaurel
%\\ \starttouille Bah ... \url{http://texdoc.net/texmf-dist/doc/latex/siunitx/siunitx.pdf}\\
%Reprendre tout le tableau 1 ou presque, \si{\degreeCelsius}, J, rad, \si{\degree}, \si{\clight} ?\closetouille
Un nombre certain d'abréviations (tableau 21, à partir de la page 35 de la documentation) sont chargées avec l'extension et rendent l'écriture plus rapide\footnote{Attention avec le \si{\kWh} : les heures ont tendance à se détacher du reste en cas d'opération (\si{\per\kWh}). Une solution est de redéfinir la commande, bien que le BIPM ne l'approuverait pas.} (\verb=\km\per\ms= : \si{\km\per\ms}). Les unités binaires (bit et \emph{byte}, avec les préfixes kibi, mebi, \dots) requièrent l'activation de l'option \texttt{binary-units}.
\subsection{Les macros : num, si, SI et ang}
De nombreuses unités de \og spécialiste \fg{} (l'année lumière, le barn, le gauss, \dots) ne sont plus définies par défaut depuis la version 2 de l'extension : la page 39 de la documentation précise lesquelles et donne les commandes pour les définir.
\subsection{Les macros : \texttt{num}, \texttt{si}, \texttt{SI} et \texttt{ang}}
Elles s'utilisent de la façon suivante :
\begin{itemize}
\item Nombres : \verb|\num[<options>]{nombre}| (\num{3.14})
\item Angles : \verb|\ang[<options>]{deg;min;sec}| (\ang{3;1;4})
\item Unités : \verb|\si[<options>]{unité}| (\si{\metre\per\second})
\item Nombres avec unités : \verb|\SI[<options>]{nombre}[unité à gauche]{unité}| (\SI[per-mode=symbol]{1.99}[\$]{\per\kg})
\item Nombres avec unités : \verb|\SI[<options>]{nombre}[unité à gauche]{unité}| (\SI[per-mode=symbol]{1.99}[\$]{\per\kg}\footnote{Ici l'option \texttt{per-mode=symbol} est utilisée.})
\end{itemize}
Si jamais vous avez besoin de faire des listes ou des intervalles de nombres (i.e. \og 1, 2 et 3 \fg{} ou \og \SI{10}{m} à \SI{25}{m} \fg{}), il existe les commandes \texttt{numlist}, \texttt{numrange}, \texttt{SIlist} et \texttt{SIrange}. Ces dernières ne seront pas couvertes, plus d'informations sur les pages 6, 8 et 64 de la documentation. De même, l'extension rajoute un type de colonne pour tableau, \texttt{S}, dont le comportement par défaut est d'aligner verticalement les séparateurs
décimaux : plus d'informations page 13 de la documentation.
\startaurel Que pensez vous de mettre une petit exemple d'utilisation de \verb|\newcommand| dans ce contexte (ainsi qu'une référence à la partie macros) ? J'aime bien utiliser SIunits avec des macros maisons par flemme de réécrire plein de fois les mêmes unités ;) \closeaurel
\\ \starttouille Plaît-il ? Je ne saisis pas bien ce que tu veux ni ce que tu fais, tu aurais un exemple ? \closetouille\\
\startaurel par exemple \verb|\newcommand{\acc}{\si{\metre\per\square\second}}|, ou encore \\ \verb|\newcommand{\calor}{\si{\joule\per\mol\per\kervin}}|, c'est très utile si on utilise plusieurs fois une unité compliquée\closeaurel
\\ \starttouille C'est mal ce que tu fais mon garçon, car tu ne peux pas utiliser ta superbe unité dans \verb|\SI| du coup. Il vaut mieux utiliser ce qui se trouve juste après, à savoir \verb|\DeclareSIUnit\acc{\metre\per\square\second}|. De plus, les alias d'unités (comme \verb|\pm| pour picomètre) ne fonctionne qu'en argument type <unité>, du coup si ça marche pareil (ça devrait, j'ai plus la doc en tête), tu peux utiliser n'importe quel alias, même si c'est le nom d'une macro et que tu le sais pas. \closetouille
%\startaurel Que pensez vous de mettre une petit exemple d'utilisation de \verb|\newcommand| dans ce contexte (ainsi qu'une référence à la partie macros) ? J'aime bien utiliser SIunits avec des macros maisons par flemme de réécrire plein de fois les mêmes unités ;) \closeaurel
%\\ \starttouille Plaît-il ? Je ne saisis pas bien ce que tu veux ni ce que tu fais, tu aurais un exemple ? \closetouille\\
%\startaurel par exemple \verb|\newcommand{\acc}{\si{\metre\per\square\second}}|, ou encore \\ \verb|\newcommand{\calor}{\si{\joule\per\mol\per\kervin}}|, c'est très utile si on utilise plusieurs fois une unité compliquée\closeaurel
%\\ \starttouille C'est mal ce que tu fais mon garçon, car tu ne peux pas utiliser ta superbe unité dans \verb|\SI| du coup. Il vaut mieux utiliser ce qui se trouve juste après, à savoir \verb|\DeclareSIUnit\acc{\metre\per\square\second}|. De plus, les alias d'unités (comme \verb|\pm| pour picomètre) ne fonctionne qu'en argument type <unité>, du coup si ça marche pareil (ça devrait, j'ai plus la doc en tête), tu peux utiliser n'importe quel alias, même si c'est le nom d'une macro et que tu le sais pas. \closetouille
\subsection{Définir ses unités, modifier les options}
Certains souhaitant utiliser l'extension pourront avoir l'impression qu'il manque certaines unités ou que des constantes ne sont pas définies comme à leur habitude, notamment pour la vitesse de la lumière, cette dernière étant représentée par \si{\clight} plutôt que $c$.
Dans tous les cas, il faut utiliser la commande \verb|\DeclareSIUnit|. On peut l'utiliser pour (re)définir constantes (\verb|\DeclareSIUnit\clight{\ensuremath{\mathit{c}}}| \starttouille `c' tout seul ou sans mathit, ça fait un c droit. Il faudra que je vérifie en ligne, mais je pense qu'on peut faire plus propre. J'ai improvisé. \closetouille) et unités (\verb|\DeclareSIUnit\kWh{kWh}| pour éviter le souci mentionné plus tôt). La définition d'unités peut inclure des options, afin de commander le
comportement de ladite unité. Par exemple, les degrés sont définis par défaut de sorte à ne pas présenter d'espace après le nombre : \\ \verb|\DeclareSIUnit[number-unit-product = {}]\degree{\SIUnitSymbolDegree}|.
Dans tous les cas, il faut utiliser la commande \verb|\DeclareSIUnit|. On peut l'utiliser pour (re)définir constantes (\verb|\DeclareSIUnit\clight{\ensuremath{\mathit{c}}}|) et unités (\verb|\DeclareSIUnit\kWh{kWh}| pour éviter le souci mentionné plus tôt). La définition d'unités peut inclure des options, afin de commander le
comportement de ladite unité. Par exemple, les degrés sont définis par défaut de sorte à ne pas présenter d'espace après le nombre : \verb|\DeclareSIUnit[number-unit-product = {}]\degree{\SIUnitSymbolDegree}|.
Une remarque très importante est que pour des raisons de cohérences, les unités doivent être définies dans le préambule, afin qu'une même commande ait le même rendu (modulo modification d'options) à travers le document.
Pour des raisons de cohérence, les unités doivent être définies dans le préambule, afin qu'une même commande ait le même comportement à travers tout le document.
On peut également définir de nouveaux préfixes ou des macros pour des exposants d'ordre supérieur : cf. la sous-section 4.5 à partir de la page 12 de la documentation.
\subsection{Personnalisation : maîtriser son dialogue en entrée}
\subsection{Personnalisation : maîtriser la saisie}
Dans la sous-section~\ref{subsec:SI-input}, nous avons détaillé ce qui pouvait être utilisé par défaut dans un argument de type `nombre' et `unité'. Quelques options n'ont pas été mentionnées.
Le tableau 14 page 20 de la documentation résume les options disponibles et leurs valeurs par défaut. Ces valeurs sont très satisfaisantes et il n'y a \emph{a priori} rien à modifier. Si vous souhaitez utiliser le symbole $\geqslant$ (\texttt{geqslant}), présent dans \texttt{amssymb}, comme comparateur, vous pouvez écrire quelque chose ressemblant à ceci : \verb|\SI[input-comparators=\geqslant]{\geqslant 3}{m}|, produisant : \SI[input-comparators=\geqslant]{\geqslant 3}{m}.
......@@ -2164,11 +2181,11 @@ Pour les unités, une option intéressante est \texttt{sticky-per}, qui permet d
\si[sticky-per]{\joule\per\mol\kelvin}
\end{LTXexample}
\subsection{Personnalisation : maîtriser l'apparence de sortie}
\subsection{Personnalisation : maîtriser le rendu}
Pour pouvoir produire le bon texte en sortie, l'extension fait \emph{parser} au compilateur toutes les occurrences de nombres et d'unités que vous avez placé dans les macros, ce qui peut rendre la compilation très longue si votre document en contient beaucoup. Vous pouvez assigner la valeur \texttt{false} aux options \texttt{parse-numbers} et \texttt{parse-units} pour alléger les compilations intermédiaires par exemple.
L'extension essaie de respecter les conventions établies et par conséquent, elle aura tendance à ne pas prendre en compte les modificateurs appliqués au texte autour (gras, italique, \ldots), ce qui peut être gênant lorsque l'on essaie de mettre en avant certains résultats. L'option \texttt{detect-all} (par opposition à \texttt{detect-none}) permet de modifier ce comportement\footnote{Pour un réglage plus fin, voir le tableau 12 page 17 de la documentation.}. Pour le coup, rien ne vaut un bon exemple :
L'extension essaie de respecter les conventions établies et par conséquent, elle aura tendance à ne pas prendre en compte les modificateurs appliqués au texte autour (gras, italique, \dots), ce qui peut être gênant lorsque l'on essaie de mettre en avant certains résultats. L'option \texttt{detect-all} (par opposition à \texttt{detect-none}) permet de modifier ce comportement\footnote{Pour un réglage plus fin, voir le tableau 12 page 17 de la documentation.}.
\begin{LTXexample}[width=0.35\textwidth]
\textbf{Vitesse du son : \SI{300}{m/s}}\\
\textbf{Vitesse du son : \SI[detect-all]{300}{m/s}}
......@@ -2176,9 +2193,9 @@ L'extension essaie de respecter les conventions établies et par conséquent, el
Quand on écrit un nombre négatif, on met un moins devant. Quand on écrit un nombre positif, on met plus rarement un signe `plus' devant ; si vous en avez besoin, il faut activer \texttt{retain-explicit-plus}.
Une modification très esthétique proposée par l'extension est le regroupement en paquets de 3 chiffres des nombres. Par défaut, cela se fait à partir de 5 chiffres (d'un côté ou de l'autre du séparateur), ce qu'on peut activer dès 4 chiffres (milliers non-nuls) avec l'option \verb|group-minimum-digits=4|. On peut aussi désactiver l'option \texttt{group-digits} en lui assignant \texttt{false} (par défaut : \texttt{true}, autres valeurs : \texttt{decimal} et \texttt{integer} si on ne veut qu'une seule partie du nombre affectée).
Une modification très esthétique proposée par l'extension est le regroupement en paquets de 3 chiffres des nombres. Par défaut, cela se fait à partir de 5 chiffres (d'un côté ou de l'autre du séparateur), ce qu'on peut activer dès 4 chiffres (milliers non-nuls) avec l'option \verb|group-minimum-digits=4|. On peut aussi désactiver l'option \texttt{group-digits} en lui assignant \texttt{false} (par défaut : \texttt{true}). Une activation partielle est permise avec \texttt{decimal} et \texttt{integer}.
Pour les incertitudes, elles sont affichées par défaut entre parenthèses. Activer l'option \texttt{separate-uncertainty} permet d'avoir le symbole $\pm$ utilisé à la place.
Les incertitudes sont affichées par défaut entre parenthèses. Activer l'option \texttt{separate-uncertainty} permet d'avoir le symbole $\pm$.
\begin{LTXexample}
\[ \num{1.23(4)} ~ \num{1.23\pm0.04} \]
\[ \num[separate-uncertainty]{1.23(4)} \]
......@@ -2186,17 +2203,9 @@ Pour les incertitudes, elles sont affichées par défaut entre parenthèses. Act
Pour ceux qui font de l'astrophysique, il est courant d'avoir les symboles d'unités au-dessus du séparateur décimal. Cela tombe bien, il y a une option pour cela : \texttt{angle-symbol-over-decimal}. Cela permet d'écrire quelque chose comme \ang[angle-symbol-over-decimal]{3.14;;} plutôt que \ang{3.14} (même si cela peut poser problème : \ang[angle-symbol-over-decimal]{3.14;15;} contre \ang{3.14;15;}).
Pour les gens qui ont encore des problèmes avec les conversions des sous-multiples, il est possible de laisser \texttt{siunitx} s'en charger. En effet, si j'ai mesuré une impédance variant en \SI{15}{\mV\per\uA}, l'extension écrit \SI[prefixes-as-symbols=false]{15}{\mV\per\uA} en passant l'option \texttt{prefixes-as-symbols} en \texttt{false}. Cette option va supprimer les sous-multiples et les transformer automatiquement en la bonne puissance de 10.
La personnalisation peut aller vraiment très loin, avec encore l'écriture scientifique automatisée (et même à une puissance de 10 fixée), la modification des différents symboles, des espacements et de leur placement (unité complexe, séparateur entiers-décimales, séparateur nombre-puissance de 10, changer l'espace fine entre les unités pour autre chose, \ldots ), le comportement dans nombres dans les tableaux (sous-section 5.14 de la documentation, à partir de la page 46), \ldots Encore une fois, l'éloge de la documentation très complète pour cette extension très performante et personnalisable est de mise, il ne faut pas hésiter à la consulter, elle est claire et l'extension a forcément une réponse à votre question.
\startaurel Ce qui serait fantastique par contre ce serait une commande pour créer automatiquement un tableau à partir d'un fichier de données brutes type résultat de mesures, personne connait un truc dans le genre ? :) \closeaurel
Page 70, section 7.10 : commande SendSettingsToPgf, sais pas si utile ?
\startaurel A creuser, je sais pas à quel point ça peut être utile à PGF \closeaurel
Pour les gens qui ont encore des problèmes avec les conversions des sous-multiples, il est possible de laisser \texttt{siunitx} s'en charger. En effet, si une hypothétique grandeur de \SI{15}{\mV\per\uA} a été mesurée, l'extension écrit \SI[prefixes-as-symbols=false]{15}{\mV\per\uA} en passant l'option \texttt{prefixes-as-symbols} en \texttt{false}. Cette option va supprimer les sous-multiples et les transformer automatiquement en la bonne puissance de 10.
\startaurel Bon après avoir bien creusé le manuel de pgf, ça sert à règler la façon dont pgfplots affiche des nombres, par exemple ceux sur les axes des graphiques. Si c'est pas compliqué à utiliser ça vaut le coup d'être mentionné, ça permettra d'avoir ça de moins à expliquer dans pgfplots :) \closeaurel
La personnalisation peut aller vraiment très loin, avec encore l'écriture scientifique automatisée (et même à une puissance de 10 fixée), la modification des différents symboles, des espacements et de leur placement (unité complexe, séparateur entiers-décimales, séparateur nombre-puissance de 10, changer l'espace fine entre les unités pour autre chose, \ldots ), le comportement des nombres dans les tableaux (sous-section 5.14 de la documentation, à partir de la page 46), \dots{} Encore une fois, l'éloge de la documentation très complète pour cette extension très performante et personnalisable est de mise ; il ne faut pas hésiter à la consulter, elle est claire et l'extension a forcément une solution à votre problème.
\newpage
......
Markdown is supported
0% or .
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment